Google
 

Mon Métier: Piloter un avion de ligne

PILOTE, COMMENT



Pilote d'avion, rêve de gosse, rêve de nombreux jeunes hommes et femmes, qui , après avoir croisé tout petit souvent comme c'est mon cas, le chemin tracé dans l'azur par ces machines au son qui vous marque à jamais, ne pensent plus, tel Icare, qu'à les maitriser pour voir comment est le monde vu d'en haut.

T
out a commencé pour moi grâce aux avions de l'armée de l'Air, à l'époque Jaguar et Mirage IV, près de Mérignac, ces fabuleux avions de combat qui rasaient la cime des pins, en vous faisant vibrer au plus profond de votre être! A peine le temps de lever la tête et ils avaient disparu dans un grondement de tonnerre!
A l'époque nombreux étaient les meetings aériens gratuits qui permettaient au plus grand nombre de se familiariser avec ces machines et aux minots de les reconnaitre au premier coup d'oeil.
Puis vint un baptême d'hélicoptère, et pas des moindres, un FRELON, et il y eut bien sûr les maquettes en bois et en plastique, que nous réalisions, mon père et moi, et qui entretenaient la proximité avec ces objets, faisant approcher en trois dimensions leur design, comprendre les formes et les choix techniques, de par les explications contenues dans les boites.
Pas d'internet à l'époque, tout par les livres et par les magazines spécialisés du temps passé dans les bibliothèques et les rayons spécialisés des librairies!
Et le rêve permanent de devenir pilote, de s'identifier à des héros d'une certaine époque.
Alors on découvre par la suite qu'il faut lutter ; lutter contre ces dictats hantant le paysage éducatif francais, nous faisant parfois croire que l on aura pas le niveau requis, puis le moral en berne, se rabattre sur ce que l'on croit alors possible, mais toujours toucher le rêve et vivre auprès des avions... en se lancant dans la maintenance. Rebondir avec ça, trouver des chemins de traverse pour revenir vers le but recherché.

Sans ambage je le déclare aujourd'hui, l'esthétisme des lignes, le bruit des moteurs, la vision de ces passages de chasseurs au plus près de ma petite tête blonde, l'émerveillement de gosse devant la "gueule" de ces monstres, oui c'est cela qui m'a conduit à persévérer dans la voie et dans la volonté de devenir pilote, et ce malgré les obstacles financiers ou moraux.

Suivre son rêve, et croire en lui au plus profond de soi, chasser les mauvais gourous, pérsévérer, telle a été ma solution.

retour vers l'index